Principes fondateurs

 

Principes fondateurs

Grand ensemble / Atelier de cinéma populaire, produit depuis 2006 des films documentaires dans un cadre associatif et collaboratif.

Depuis plusieurs dizaines d’années, le financement du cinéma documentaire en France est totalement dépendant de l’industrie télévisuelle, ce qui a peu à peu dévitalisé cette forme d’expression. Les habitants des quartiers populaires, par exemple, ne se reconnaissent pas dans les «sujets de société» censés les représenter. Derrière les stéréotypes, des pans entiers des réalités restent invisibles. Cette violence symbolique est un facteur important de clivage et d’exclusion.

Le cinéma documentaire est pourtant intrinsèquement un outil privilégié pour «réfléchir» nos réalités sociales. Il peut en donner des images sensibles où la dignité humaine est un vecteur de (re)connaissance de l’autre. Pour préserver ou retrouver cette dimension perdue, il faut donner à ce cinéma d’autres modes d’existence et d’autres possibilités d’être vu que celles que lui confère l’industrie télévisuelle. Il y a là, pour nous, une véritable urgence sociale.

Toujours singuliers, nos projets se développent dans une recherche permanente d’articulations entre des univers trop souvent cloisonnés : monde socio-culturel, recherche universitaire, institutions culturelles, industrie de l’image (…). Seul un travail de précision sur les langages permet de créer ces passerelles en échappant aux réflexes qui tendent à clore ces mondes sur eux-mêmes. Cette constante attention permet d’atteindre à une universalité dans l’expression des réalités humaines, à partir de laquelle peut se réfléchir l’idée de la collectivité et d’un «juste engagement citoyen».

Grand ensemble, par ses réalisations, construit pas à pas un espace culturel et économique qui permet de donner un nouvel ancrage social à la création documentaire. La structure associative qui marque la forme civile de notre engagement dans le métier est un choix. Nous conduisons une réflexion en perpétuel mouvement sur le documentaire, son implication civique et son éthique dans une démarche ouverte qui rassemble des professionnels de l’image, des chercheurs en sciences sociales et des amateurs éclairés.